Qu’est ce que la PluriPASS ?

PluriPASS est la première année commune aux études de médecine, dentaire, pharmacie, sage-femme, kinésithérapie et ergothérapie.

Quelles sont les différences avec la PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé) ?

  • Ajout d’une filière supplémentaire : l’ergothérapie
  • Modification des modalités et du calendrier d’examens
  • Modification des modalités d’enseignement (présentiel, non-présentiel)
  • Ajout/suppression à la marge de quelques cours/disciplines, pour créer des équivalences avec les autres filières et permettre une réorientation tout au long de l’année.

En quoi consiste une année de PluriPASS ?

La PluriPASS n’est jamais qu’une année de sélection, tout comme l’étaient les réformes précédentes. Depuis l’instauration du Numérus Clausus en 1971, aucune réforme de cette première année n’a jamais pu modifier le fait qu’il s’agisse d’un concours ! Toutes les années à concours se préparent de la même façon, et aucune réforme n’y changera jamais rien : elles exigent un travail efficace, intensif et régulier ainsi qu’un bon équilibre psychologique pour résister à la pression et persévérer.
En d’autres termes, la réforme PluriPASS ne rend pas la première année plus ou moins difficile à obtenir. Le numérus clausus des filières santé n’est pas affecté.

Combien de temps dure une année de PluriPASS ?

La PluriPASS dure 2 ou 3 semestres.

Le schéma ci-joint représente le déroulement d’une année de PluriPASS Santé.

parcours pluripass

Comment se déroule la PluriPASS ?

À la fin du 2ème semestre (S2), l’étudiant a 4 possibilités, en fonction de ses résultats :

  • Passage en deuxième année dans la filière santé qu’il aura choisi si son classement à la fin du2ème semestre le permet (équivaut à une réussite au concours en 1 an)
  • Redoublement possible sous certaines conditions si l’étudiant n’a pas eu la moyenne à l’issue du S2 de PluriPASS mais il ne pourra présenter les filières santé qu’à la fin du semestre 3
  • Passage en 3ème semestre de PluriPASS (S3), à l’issue duquel il aura de nouveau la possibilité d’entrer dans la filière de son choix via un second concours. En cas de réussite à ce second concours, l’étudiant rejoindra sa promotion pour le 4ème semestre en intégrant le 2ème semestre de la 2ème année dans la filière santé correspondante.
  • Réorientation dans une autre filière (ex : école d’ingénieur, droit…)

Quels sont les changements au niveau du calendrier d’examen ?

La première année de PluriPASS sera rythmée par 5 examens écrits (septembre, novembre, décembre, mars, mai). Fin mai les étudiants seront classés en fonction de leurs résultats à chaque examen (des coefficients différents seront appliqués à chaque discipline, en fonction des filières dans lesquelles l’étudiant souhaite candidater). C’est ce classement qui constitue la première partie du fameux concours. Il n’y a finalement pas grande différence sur le principe avec la P.A.C.E.S, si ce n’est par rapport au nombre de partiels (2 grands partiels en PACES contre 5 plus petits en PluriPASS).

Comment se passe la répartition des admissions à la fin du S2 ?

Le concours du S2 permet de sélectionner 75% des étudiants qui seront admis en deuxième année. Les 25% restant seront sélectionnés à l’issue du S3 de PluriPASS. C’est pourquoi l’on distingue 2 cas de figure à l’issue du concours :

  • Etudiants n’ayant pas eu la moyenne au concours
  • Etudiants ayant eu la moyenne ou plus au concours

Le premier cas de figure se soldera, selon le choix de l’étudiant (et éventuellement l’aval d’une commission de la faculté) par un redoublement en PluriPASS ou une réorientation.

Les étudiants ayant eu la moyenne au S2 seront divisés en 3 groupes :
  • Grands admissibles
  • Petits admissibles
  • Non admissibles

Les grands admissibles seront directement admis en S3 de 2e année de la filière santé de leur choix et n’auront pas à présenter d’oraux. Ils constituent la moitié des admis à la fin du S2 (soient 75/2 = 37,5% des admis, sur l’exemple d’un NC à 300 (toutes filières confondues) il y aurait donc 112 grands admissibles).

Les petits admissibles auront à présenter des oraux en juin. Ils constituent 75% du numérus clausus, mais seuls 50% d’entre eux seront admis en 2e année à la fin du S2. Si l’on reprend l’exemple du NC à 300, il y aura donc 224 petits admissibles qui se présenteront aux oraux et parmi lesquels 112 seront admis en 2e année de leur filière santé. Les 112 petits admissibles non admis en 2e année poursuivront la PluriPASS en S3 pour candidater au second concours (comme les non admissibles).

Les non-admissibles (ayant eu la moyenne au S2), poursuivront la PluriPASS en S3 et pourront retenter d’intégrer la promotion de deuxième année via le second concours (25% du NC soient 75 étudiants sur un NC à 300)

En résumé : 75% du NC seront sélectionnés en fin de S2 (37,5% de grands admissibles et 37,5% de petits admissibles) et les 25% restants seront sélectionnés en fin de S3 de la PluriPASS.

Qu’en est-il du redoublement ?

La faculté parle de « 2 chances sans redoublement », pourtant, le redoublement est bel et bien possible, il est simplement déconseillé. Chaque étudiant ne peut se présenter qu’une seule fois à chaque concours, or les étudiants qui voudront redoubler leur PluriPASS à la fin du S2 se seront déjà présentés au concours de fin de S2 lors de leur première PluriPASS. Ceci signifie qu’ils passeront les 5 examens lors de leur 2e PluriPASS mais seront non-admissibles d’office au concours du S2 (où 75% du NC sont sélectionnés) et devront systématiquement poursuivre en S3 de PluriPASS pour tenter d’intégrer les 25% du NC restants. Au final la PluriPASS diminue fortement le bénéfice d’être doublant (pas de classement immédiat à l’issue des semestres déjà vus une fois).

La réforme de la PluriPASS rend elle plus ou moins nécessaire l’inscription à une prépa ?

Ni plus, ni moins !

Nous sommes parfaitement au courant des changements qui auront lieu pour la PluriPASS. Prépa Défi n’est donc pas en défaut par rapport à cette réforme. Le choix de l’inscription en prépa se fait donc sur les mêmes critères qu’auparavant : l’étudiant a-t-il besoin d’être soutenu, suivi et entraîné de façon intensive aux épreuves du concours ? Il y aura toujours des étudiants suffisamment brillants, organisés et structurés pour réussir par leurs propres moyens. Pour les autres un accompagnement peut être un sérieux avantage. A ceux-ci s’offrent deux choix : le soutien bénévole des étudiants du tutorat de la faculté (CoMA) et/ou le professionnalisme des enseignants de prépa. On notera au passage que le tutorat et la prépa ne sont pas mutuellement exclusifs !

Pour les étudiants qui auraient besoin d’être encadrés, en particulier dans ce contexte de réforme, où les choix stratégiques en termes d’apprentissage ne sont pas les plus faciles, il peut être intéressant de se tourner vers des enseignants qui ont le recul nécessaire pour s’adapter à ces situations nouvelles. Par ailleurs, les entraînements et la présence des enseignants de Prépa Défi pourront aider certains étudiants déstabilisés par l’augmentation du nombre de cours non-présentiels (c’est-à-dire de cours à apprendre en autonomie totale, chez soi, sans ancrage dans l’emploi du temps, devant son ordinateur).

La PluriPASS n’offre plus de droit à l’erreur, donc tout échec à un concours se soldera, au mieux, par la présentation à un concours différent. Jusque là, beaucoup d’étudiants s’inscrivaient en prépa en tant que redoublants, pour mettre toutes les chances de leur côté, ce qui n’est plus possible avec la PluriPASS. Si l’inscription à une prépa n’est pas nécessaire pour la réussite de tout le monde, elle l’est indubitablement pour la réussite de certains, et le contexte de réforme est un facteur de stress prompt à creuser les écarts, il convient donc simplement de s’interroger sur le bénéfice ou non d’un encadrement personnalisé au cours de cette année de réforme.

Les enseignants ont-ils eu une formation spécifique à la réforme ?

Prépa Défi a déjà fait ses preuves en termes d’efficacité, et la PluriPASS n’est pas la première réforme à laquelle nous sommes confrontés (la PACES avait elle-même complètement réformé le PCEM1 ! ). Nos enseignants sont bien entendu au courant de la réforme. Ils n’ont certes pas tous bénéficié des 2 ou 3h de formations dispensées par la faculté aux tuteurs de l’association étudiante, mais ce sont des étudiants plus expérimentés (3e année, 4e année et 5e année, là où la majorité des tuteurs de la faculté ne sont qu’en 2e année, certains en 3e année). Les enseignants de Prépa Défi sont sélectionnés sur leurs résultats et leur motivation à enseigner plutôt que sur leur bonne volonté.

Par ailleurs, les petits effectifs des groupes à Prépa Défi permettent aux enseignants d’avoir un contact direct (que ce soit en classe ou par téléphone/e-mail) avec leurs étudiants, ce qui est impossible pour les tuteurs de la faculté, même pour les plus motivés, de par le nombre d’étudiants inscrits au tutorat. Ce sont ces mêmes petits effectifs qui nous permettent de proposer une réelle préparation aux oraux (en petits groupes, en plus d’un oral blanc individuel, en conditions).

Ainsi, malgré les changements apparents consécutifs à la réforme, le contenu des cours ne sera que peu modifié. Les seuls changements notables concerneront leur type (cours magistraux, ED, TP, non présentiels) mais très peu leur contenu. De plus, les enseignants de Prépa Défi créent leurs colles sur les cours de l’année et non sur ceux des années précédentes. Les quelques nouveautés de contenu ne seront donc pas un obstacle à notre programme. Au final, ces changements ne constituent vraiment pas une grande nouveauté pour nous.

Quels sont les bénéfices d’une prépa ?

Apprendre ne suffit pas

En première année, les connaissances théoriques sont nécessaires, mais pas suffisantes. L’entraînement aux examens est un facteur déterminant dans la réussite au concours. Ce programme de préparation s’axe donc d’une part, sur l’assimilation efficace des connaissances pures et d’autre part, sur la préparation intensive aux épreuves du concours.

Une aide à l’apprentissage des cours via :

  • Un cours de méthodologie générale en début d’année durant le stage de pré-rentrée
  • Des trucs astuces par matière pour hiérarchiser et assimiler les connaissances (diagrammes, méthodes, mnémotechniques), parce que comprendre c’est apprendre !
  • De nombreuses fiches de révision à disposition, rédigées par l’équipe pédagogique
  • Des rappels de cours à chaque séance, en fonction des besoins des étudiants, notamment pour les nouveaux cours « non-présentiels », offrant ainsi une solution interactive à la barrière du virtuel.
  • Ainsi que des explications détaillées par une équipe pédagogique qualifiée pour répondre aux questions individuelles

Une préparation intensive aux examens par :

  • Des exercices adaptés aux modalités d’examen et actualisés au contenu des cours de l’année
  • Des corrigés d’annales (non disponibles à la faculté)
  • Une préparation aux oraux par une équipe pédagogique formée
  • Un suivi personnalisé via des effectifs restreints (de 15 à 18 étudiants par groupe)
S’adapter en toutes circonstances

Prépa Défi offre un soutien aux étudiants tout au long de l’année, en adéquation avec les exigences relatives à chaque période de l’année :

  • Adaptation au rythme de travail, partir sans prendre de retard
  • Compréhension des cours
  • Approfondissement des points clefs
  • Aide à la sélection des informations pertinentes en vue des examens pour apprendre utile.
  • Plannings types de révisions
  • 5 concours blancs, adaptés au nouveau calendrier d’examens
Evoluer dans un cadre favorable

Prépa Défi propose un cadre intégralement pensé pour optimiser le confort de ses étudiants et faciliter leur apprentissage tout au long de cette année difficile :

  • Une équipe pédagogique attentive et disponible, ambiance familiale, rendue possible par les effectifs restreints
  • Mise à disposition de supports pédagogiques: intégralité des cours des dernières années, posters anatomiques, dictionnaires médicaux, ouvrages conseillés par les enseignants de la faculté, squelette de taille réelle etc.
  • Des locaux calmes et propices au travail : 5 salles disponibles sur plus de 250m2
  • Idéalement situés :
    • A 4 minutes à vélo de la faculté de médecine
    • A 2 minutes à pieds du RU, de la BU et des salles d’ED
    • Transports en commun à 20 mètres : Bus (lignes 3, 7 et 9 en journée, 3s en soirée) et tramway (à 2 stations de la faculté de médecine)
    • Parking gratuit à 5 minutes à pied (La Rochefoucauld)
Mettre toutes les chances de son côté :

Prépa Défi propose un programme global d’accompagnement de ses étudiants. Afin d’obtenir un taux de réussite 2 à 3 fois supérieur à celui des étudiants non-inscrits en prépa.

Quels sont les taux de réussite de Prépa Défi ?

On peut faire dire beaucoup de choses aux chiffres, et beaucoup d’informations erronées circulent, selon la sensibilité des acteurs qui les diffusent. Il faut donc sur ce point être extrêmement précis.

Plus d’un tiers des étudiants qui entrent en 2e année de santé sont passés par Prépa Défi. C’est un excellent résultat vus les effectifs d’étudiants inscrits à Prépa Défi. Cependant ce résultat peut être présenté (de façon partiale) en demi-teinte, en se focalisant sur les deux tiers des étudiants qui ont atteint leur objectif par d’autres moyens. Et en effet, il n’y a pas qu’un seul moyen de réussir. Cela vaut même pour le tutorat de la Faculté !

Pourtant la seule réalité est la suivante : l’alternative qui s’offre aux étudiants est de choisir ou non Prépa Défi. Pour éclairer votre choix, il faut donc comparer les statistiques de réussite dans ces deux situations.

Le taux de réussite global est : nombre d’étudiants reçus en 2e année / nombre d’étudiants inscrits à la Faculté. Il était l’an dernier d’environ 13%. Il varie selon qu’on considère la totalité des concours de santé, ou bien chaque filière séparément.

Le taux de réussite global des inscrits à Prépa Défi était de 22%. Le taux de réussite global des non inscrits à Prépa Défi était de 9%. L’inscription à Prépa Défi permet donc de faire plus que doubler les chances de réussite aux concours de santé. Ces indicateurs sont très stables d’une année sur l’autre, ce qui leur confère une grande valeur.

Par conséquent en choisissant Prépa Défi, vous multipliez vos chances de réussite par un facteur 2 à 3 ! (2.4 exactement !)